20 bus pour assurer 16 lignes de transport scolaire à Kinshasa

0
306

transco-busA partir du 30 septembre 2013, le Gouvernement met en circulation 16 lignes de transport scolaire qui vont quadriller la Ville-Province de Kinshasa, à partir de 06h00 du matin, grâce à une vingtaine de bus de « Transco », une société étatique de transport récemment créée. Chaque élève ou enseignant intéressé par ce projet aura à souscrire un abonnement mensuel de 30.000Fc, pour un transport «aller-retour». Parrainée par Maker Mwangu Famba, ministre de l’Enseignement primaire, secondaire  et professionnel (EPSP) – qui avait à ses côtés son collègue Justin Kalumba Muana Ngongo des Transports et Voies de communication et la vice-ministre de l’EPSP, Maguy Rwakabuba – la cérémonie de lancement de ce projet s’est déroulée le vendredi 13 septembre 2013, au siège de la société Transco, quartier Siforco, dans la commune de Masina. Il convient de noter également la présence du bourgmestre de cette municipalité et du directeur général a.i. de cette entreprise de transport.

 Dans son mot de circonstance, Maker Mwangu a souligné l’honneur qu’il avait de procéder au lancement de ce projet. La réussite aux études, a-t-il expliqué, est la combinaison de plusieurs facteurs dont l’aptitude à apprendre, l’environnement scolaire, la discipline, la ponctualité et la régularité. Rappelant les résultats d’une  enquête de son ministère, il a noté que la distance entre le foyer et l’école est l’une des causes de l’abandon ou de l’échec scolaire ; et cela est une réalité, non seulement dans des régions rurales, à l’arrière pays, mais aussi ici dans la capitale.          Selon lui, le lancement du transport scolaire dans la capitale – suivi peu après par les provinces – fait partie intégrante des efforts déployés par le gouvernement dans le cadre particulier de Plan Intérimaire de l’Education (P.I.E.) pour améliorer la qualité de notre  enseignement ; accroître l’accès et l’accessibilité à l’école pour filles et garçons. Cela au même titre qu’il le fait avec la fourniture des manuels scolaires et des guides pédagogiques ; la formation en plein emploi des enseignants, l’introduction des langues nationales  et la ré-visitation des programmes d’études.

Un dispositif spécial à bord des bus pour prolonger l’environnement scolaire

 Enfin, le ministre de l’EPSP a annoncé un dispositif particulier mis en place  à bord des bus affectés au transport scolaire. C’est la présence d’un encadreur pédagogique des élèves qui aura un rôle particulier ; celui d’assurer  l’accompagnement des enfants, à leur montée dans le bus, à bord et à leur descente du bus. Pour le ministère, le bus scolaire doit rester un prolongement de l’environnement scolaire et une réponse pour l’accès, la ponctualité et l’amélioration du temps d’apprentissage. Par contre, le ministre de Transports et Voies de Communication a avancé trois raisons majeures se réjouir. Chaque jour qui passe il constate qu’on vit de plus en plus dans la «Révolution de la modernité» prônée par le Chef de l’Etat, comme le prouve le lancement de ce projet ; secundo il se réjouit de la matérialisation de ce projet-pilote, longtemps attendu au niveau de la capitale, tertio, comme parent, il s’est dit rassuré et moins stressé d’apprendre qu’actuellement nos élèves vont voyager loin des véhicules-Mercedes « 207» qualifiés d’«esprit de mort ».

Auparavant, le directeur de cabinet adjoint du  gouverneur de la Ville de Kinshasa a remercié l’assistance pour sa présence et s’est réjoui que les élèves kinois aient un moyen sûr et sécurisé de mobilité scolaire. Le directeur général a.i. de Transco s’est félicité du partenariat avec le gouvernement et a promis des efforts pour la réussite du transport scolaire. Et le représentant des parents a dit ses remerciements pour les efforts consentis par le gouvernement pour rendre accessible l’école aux enfants congolais et améliorer la qualité de notre l’enseignement national.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*