180 millions USD pour l’améliorer l’accès et la qualité au cycle primaire

0
49

franc_congolais_entreprendre2Les deux plus grands bailleurs de fonds bilatéraux en République Démocratique du Congo (RDC) que sont les Etats-Unis d’Amérique et la Grande Bretagne ont mis sur pied un programme ambitieux dénommé : « Education Programme Conjoint » dont le coût est évalué à 180 millions USD. Leur initiative vise à améliorer l’accès équitable aux résultats de l’enseignement et d’apprentissage pour les filles et les garçons au niveau primaire en RDC. Ce partenariat de 180 millions de dollars entre l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et le Département pour le développement International du Royaume Uni (DFID) a été concrétisé le 30 octobre 2014 par le signature d’un accord de partenariat, en présence du ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), Maker MwanguFamba et des délégations de deux partenaires. La cérémonie a eu pour cadre la grande salle de réunions du cabinet de l’EPSP.

            Dans son mot de circonstance, Diana Putman, directrice de l’Usaid en RDC, a noté que cet accord renforçait leur collaboration qui date de longues années et qui leur permet de maximiser les résultats du programme conjoint. L’objectif primordial de ce programme est, selon elle, de travailler avec le gouvernement de la RDC pour améliorer les résultats scolaires des filles et des garçons dans des districts ciblés du pays. A ce titre, elle a indiqué que le programme soutenait le Plan Intérimaire de l’Education (PIE) pour atteindre les objectifs fixés de commun accord avec le gouvernement congolais, à savoir : réduire le nombre d’enfants qui se trouvent en dehors de l’école ; améliorer la qualité de l’apprentissage des enfants ; et, renforcer la capacité et la transparence du système de sous-secteur de l’éducation primaire. Reconnaissant que l’Enseignant est le cœur du Système éducatif, c’est-à-dire, celui qui applique toutes les réformes, elle s’est engagée à travers ce programme à renforcer ce cœur et à soutenir les efforts des enseignants afin que le sang arrive dans tout le corps, c’est-à-dire, un enseignement de qualité et dispensé à tous les élèves.

Provinces ciblées : le Katanga, l’Equateur et les 2 Kasaï

            Dr Christopher Pycroft, chef de mission de la Coopération britannique en RDC, a reconnu et encouragé les efforts du gouvernement congolais qui place l’éducation au cœur de ses priorités, notamment en mobilisant davantage des ressources domestiques. Il a noté à ce sujet que la part du budget de l’Etat réservée à l’EPSP est passée de 6,4% en 2010 à 16% en 2014 en termes d’allocation avec la perspective de continuer d’augmenter dans les prochaines années. En outre, il a souligné qu’avec la mise en œuvre du Plan Intérimaire de l’Education (PIE), des résultats encourageants concernant l’accès à l’éducation ont été constatés, tout en reconnaissant qu’il restait encore beaucoup de défis à relever. Toutefois, il s’est montré optimiste car ce partenariat entre leurs deux organisations permettra d’apporter leur appui aux jeunes congolais et congolaises en âge d’aller à l’école. Ce programme, a-t-il conclu, va compléter les activités du « Projet de soutien à l’éducation de base » (Proseb), financé par le Partenariat mondial pour l’Education.

            Ce programme visera principalement les sous-provinces éducationnelles qui se trouvent dans les provinces suivantes : Katanga, Kasaï-Occidental, Kasaï-Oriental et Equateur. Il ciblera toutes les écoles primaires dans au moins 25 sous-provinces éducationnelles. Les efforts visant à favoriser l’accès des jeunes en rupture scolaire liés à des programmes d’apprentissage accéléré vont pour leur part cibler le Sud-Kivu et le Nord-Kivu.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*