171 médecins toujours privés de salaires

0
99

Teste de paludisme dans un laboratoire médical. Radio Okapi/ Ph. John BompengoLe Syndicat National des Médecins (Synamed) a de nouveau haussé le ton pour dénoncer le non respect des règles édictées par la procédure administrative  en République Démocratique du Congo (RDC). C’était au cours d’un point de presse qu’il a tenu, le vendredi 4 mars 2016 à son siège, au numéro 17, sur enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu.

Ce point de presse avait pour  but de  dénoncer le blocage  des rémunérations de 171médecins des services publics de l’Etat sur instruction du gouvernement  ainsi que l’opacité constatée à la direction de la paie du ministère du budget.

Ce face à face avec la presse était animé par le Secrétaire général du Synamed, Dr Mankoy Badjoky, entouré des  membres du Bureau qui composent ce syndicat.

Le Secrétaire général du Synamed a saisi cette occasion pour rappeler à nouveau  à l’assistance que c’est depuis le 25 janvier 2016, qu’il a été porté à l’attention du public , l’information relative au calvaire que subissent leurs confrères.

Il a signalé que sous l’encadrement de son  syndicat, plus de 100 lettres de recours avaient été déposées par  les médecins victimes non-consentantes de cette situation.

Après leur examen par une commission technique  au niveau du Secrétariat général à la Santé Publique, ces  recours ont été jugés positifs pour leur transmission au ministère du Budget.

L’instabilité des foyers, l’insolvabilité des locataires le non paiement des frais scolaires et académiques des enfants, les perturbations  du remboursement des crédits bancaires à la BIAC, figurent au nombre des préjudices causés aux médecins impayés.

          En outre, Dr Mankoy Badjoky a soutenu qu’il était inconcevable que depuis plus de deux ans, le ministère incriminé ,à travers sa direction de la paie soit devenu en même temps, donneur d’ordre et liquidateur de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat.

Et pour soutenir cette thèse, le Secrétaire général du Synamed a indiqué que le ministre d’Etat, ministre  du Budget a eu à dénoncer  récemment un nombre de  511 fictifs qui viennent d’être découverts sur les listings de paie du Kongo central.

          Dr Mankoy Badjoky a aussi déploré le monnayage de l’alignement à la prime de risque professionnel auquel s’adonne  cette direction, cela au coût de 300,00 dollars par personne, soit la rétrocession des primes de trois premiers mois de la paie du médecin bénéficiaire.

Le Secrétaire général du Synamed a estimé qu’il n’y avait aucune raison pouvant justifier un quelconque blocage des médecins sur les listings de paie, si ce n’est que le non respect de la procédure.

          Dès ce fait, le Synamed  condamne  la réclamation du paiement d’une commission de 10% sur les prises en recettes des agents bloqués par un groupe des syndicalistes et juge une telle démarche immorale et incorrecte.

          En conséquence ,le Synamed demande au gouvernement de débloquer cette situation, de respecter le chronogramme du comité de suivi conformément aux points du cahier des charges sur la promotion en grades et l’alignement de nouveaux médecins qui œuvrent depuis six mois et enfin la mise en place d’une commission conjointe Fonction publique, Santé publique, Budget et Synamed pour analyser la situation de 55 médecins bloqués, pourtant  en contrat avec la BIAC et enfin réactiver les commissions interprofessionnelles pour l’harmonisation des listings de paie au niveau de  chaque secteur utilisateur.

Melba Muzola

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •