100 millions USD pour la qualité de l’enseignement

0
17

 

Le Partenariat Mondial pour l’Education – une structure créée depuis quelque temps pour intervenir dans les pays qui éprouvent des difficultés pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) d’ici 2015 – vient d’octroyer à la  République Démocratique du Congo (RDC) un don de 100 millions de dollars américains pour booster la qualité de son enseignement. Ce don est consécutif à une décision prise par le Conseil d’Administration de cet organisme en date 20 novembre 2012, à Paris (France).

 Cette information a été communiquée à la presse, le samedi 01 décembre 2012, par le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), Maker Mwangu Famba, lors d’un point de presse organisé au sein de son cabinet, dans la commune de la Gombe. A cette occasion, il a souligné que ce don est octroyé grâce à la transparence dont a fait montre plusieurs activités organisées en amont, au niveau du ministère de l’Epsp, dans le cadre de la mise en exécution de deux documents nommés respectivement « Stratégie de développement de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel de la République Démocratique du Congo » et « Plan intérimaire de l’Education (PIE) »

            Cette date du 20 novembre 2012  a coïncidé, a noté le ministre, avec l’agression non seulement contre notre pays, mais surtout contre les écoles de la Province du Nord-Kivu,  empêchant par la scolarisation des milliers d’enfants congolais, éparpillés dans la forêt d’être scolarisés. C’est donc l’un des signes tangibles du soutien de la  Communauté internationale à la cause de la Rdc et à la scolarisation des jeunes congolais. Pour maximiser les chances de scolariser le maximum des jeunes congolais, le ministre a signalé que les deux documents, à savoir la Stratégie et le PIE vise trois objectifs principaux : l’accès et le maintien de tous les enfants en âge de la scolarisation à l’école (construction et réhabilitation des écoles : 20% du don) ; l’amélioration de la qualité de l’enseignement par la distribution des livres de Français, de Calcul, d’éducation civique, de science et par la formation des enseignants : 40% du don). Le troisième et dernier objectif est la bonne gouvernance, la bonne gestion du système éducatif par l’aide et la formation apportée aux structures s’occupant de la gestion des écoles (comités de parents, des élèves, comités de gestion de l’école, etc.)

Avec 13,8 % du budget national en 2013 : l’Education est devenue un des  principaux postes budgétaires

Le ministre de l’EPSP a fait remarquer que l’Education dans notre pays est devenu un des premiers postes budgétaires en prenant pour 2013, 13,8% du budget (approchant ainsi les 20% qui est le minimum demandé à l’échiquier africain). Le Partenariat Mondial pour l’Education ne s’intéresse qu’au cycle primaire. Ceci, selon Maker Mwangu, a conduit le gouvernement à promouvoir le « Partenariat Public Privé (PPP) » qui organise en synergie avec les partenaires éducatifs privés, leurs actions à la promotion du cycle secondaire. Il a aussi évoqué la mise sur pied d’un site : «japprends.eduquepsp» qui vise le perfectionnement aussi bien des élèves que des enseignants. Un site très visité par les compatriotes à l’extérieur du pays.

            Enfin, répondant à une question, le ministre s’est expliqué sur le contrat « Examen d’Etat-Vodacom » pour la publication des résultats des sessions de cet Examen : cette entreprise internationale a signé avec les ministères de l’Economie et de l’Epsp, un contrat d’exclusivité pour la publication des ces résultats. Les fruits de ce contrat sont utiliser, chaque année, à payer les taxes de l’Etat, à supporter les frais techniques générer par cette méthode de publication et à doter le Centre de l’Examen d’Etat des moyens qui lui manquent pour son bon fonctionnement (véhicules et autres nécessités).

Sakaz

LEAVE A REPLY

*